Premier test de Tapis Verts

Semer beaucoup de semences pour des récoltes maximales.

Par Sylvain Picker

Les anciens jardiniers utilisaient des quantités de semences qui sembleraient folles pour un jardinier moderne.

Par exemple j’ai lu dans un livre de jardinage de 1860 que pour faire pousser des melons on pouvait utiliser jusqu’à 30 semences qu’on plantait en groupe (une butte en terme de jardinage). Pour mettre les choses en perspective, un jardinier moderne utilisant des semences hybrides coûteuses va utiliser entre 2 et 4 semences. Et si le jardinier moderne voit une de ses petites plantes mourir c’est tout un drame.

Anciennement un des principes de base du jardinage était d’éclaircir ses semis.

À mesure que les plantes poussaient, on enlevait les moins belles pour faire de la place à celles qu’on préférait. Dans le cas des melons on ne gardait que les 3–4 meilleurs plants. On prévoyait qu’un pourcentage de graines et de plants allaient être mangées par les oiseaux ou les insectes. De plus comme la pollinisation avait été faite par les abeilles, les plantes obtenues étaient variables, il fallait donc sélectionner. On choisissait les meilleures à mesure qu’elles poussaient, habituellement en même temps que les opération de sarclage et de désherbage.

Voici un exemple avec un semis d'un mélange de kales et de légumes Asiatiques semé le 9 juin 2020.

Les pousses ont étés prêtes pour une première récolte le 20 juin. On les a utilisé pour garnir une recette. Maintenant ça commence à pousser rapidement.

Et une autre récolte le 21 juin.